A WORLD OF WINE

by CloudWines

Aurore septembre

Vin 1 : Château Rives-Blanques, Odyssée, 2014, AOC Limoux blanc

 

(COMMANDER CE VIN en cliquant ici…)

 

La sélection

D’abord, ne pas confondre Limoux blanc et Blanquette de Limoux. Ce vin est bien blanc, mais tranquille ! Nous avons fait connaissance avec la gamme de ce domaine au printemps dernier dans une dégustation collective des vins de l’appellation. Les cuvées présentées (les hauts de gamme du domaine) nous avaient alors emballés. Un coup de cœur conforté lors d’une seconde dégustation cet été. Du coup, on n’hésite à retenir deux cuvées, dont l’Odyssée, un 100% chardonnay qui ajoute à la rondeur des blancs du sud, une élégance toute bourguignonne.

L’appellation et le Domaine

Limoux se situe sur le piémont pyrénéen, au sud de la ville de Carcassonne. C’est une appellation rare et discrète, avec 2000 hectares en production. L’altitude aidant, les cépages (chenin, chardonnay et mauzac) conservent leur acidité et produisent peut-être les plus « nordiques » des vins blancs du sud de la France. Cette appellation est aussi unique par son cahier des charges qui exige, pour ses vins blancs tranquilles, une fermentation et un élevage en fûts de chêne pour ses vins blancs.

 

 

 

Jan et Caryl Panman Rives Blanques

 

 

C’est un coup de cœur pour la région qui a poussé le couple anglo-hollandais, Jan & Caryl Panman, a racheté la propriété en 2001. Ses 20 hectares sont situés sur un plateau à 350 mètres d’altitude, au pied des Pyrénées et du pic de Rives-Blanques. Depuis plus de 30 ans, c’est Eric Vialade qui dirige le domaine. Méticuleux dans l’ensemble de son approche, il réussit même dans un millésime compliqué comme l’était 2013, à ne garder que la meilleure partie. Le château est spécialisé dans les vins blancs, tranquilles pour la plupart. Dans les cuvées les plus recommandables, il y a ce chardonnay, ample et parfumé, fermeté et élevé pendant 6 mois en fût.

 

Note de dégustation

Avec ses notes de pêche, de melon et de fruit mûr, ce chardonnay a pris le soleil mais sans une once de lourdeur ni de gras inutile. C’est tendre mais fin, avec un apport très subtil de la barrique, qui donne ce qu’il faut de complexité aux saveurs. C’est l’équilibre en bouche qui nous a séduits, avec cette association de rondeur et de fraîcheur qui dessine à l’arrivée un blanc du sud vraiment exemplaire. De larges possibilités à table : poisson sauce crémée, volaille et viande blanche, crustacés, fromage (pâte pressée).

 

 

 

 

 

Vin 2 : Château Combel-la-Serre, Le Pur Fruit du Causses, 2012, AOC Cahors

 

(COMMANDER CE VIN en cliquant ici…)

 

La sélection

On avait déjà proposé un cahors dans nos sélections précédentes. On récidive sans hésiter avec ce vin d’un style délibérément friand et plaisant. Ce château s’était déjà distingué l’hiver dernier dans une très large dégustation de vins de Cahors, avec ses cuvées haut de gamme. On a eu l’occasion de déguster cette fois l’ensemble de la gamme à Vinexpo en juin 2015. Et tout est au diapason. La difficulté était plutôt quelle cuvée choisir. Et après d’intenses discussions avec un panel d’amateurs, notre choix s’est porté sur ce vin qui concilie le caractère des vins du Causse avec une fraîcheur et un fruité par toujours de mise du côté de Cahors.

 

L’appellation et le domaine

Grande appellation du Lot, par la taille comme par l’histoire, Cahors est connu de longue date pour ses « vins noirs » puissants et de belle garde. Les vignes s’étagent le long et au-dessus de la vallée du Lot, sur les terrasses, coteaux et plateau. Le malbec est le grand cépage local : conjugué aux sols pauvres et au climat océanique, il donne un vin coloré, tannique, structuré qu’il faut savoir apprivoiser. Mais les bons producteurs savent aussi en tirer des cuvées plus souples, plus fruitées, et immédiatement accessibles. C’est ce qui nous a plu dans ce vin, bien Cahors dans l’âme mais d’un facile d’accès.

 

 

 

Jean-Pierre et Julien Ilbert

 

 

La propriété est située sur les coteaux de Cournou et de Rassiels, à un quinzaine de km de Cahors. Les Ilbert, anciens coopérateurs, ont eu la bonne idée de s’installer à leur compte en 1998. Jean-Pierre, le père, et Julien, le fils, travaillent 26 ha de vignes, en conversion biologique, consacrés au malbec surtout mais aussi au vermentino, italien d’origine, planté sur une parcelle exposée au nord, à 300 m d’altitude. De la créativité et du talent dans leur gamme dont on aime aussi les étiquettes qui sont le reflet de l’esprit curieux, chercheur et un brin provocateur de Julien. Bien nommé, le Pur Fruit du Causse est un vin vinifié pour exalter le fruité du malbec.

 

Le vin

Un nez franc et parfumé, aux notes de prunelle, de cassis, de zan et une touche florale. On retrouve avec grand plaisir ce fruit en bouche, servi par des tanins plus croquants que puissants, et une sensation à la fois fraîche et digeste. Jamais dans le passé on ne trouvait des cahors comme cela ! Vin de grillades, de volailles et de belles charcuteries grasses. A servir à 15°.

 

Commentaires ( 0 )

    Laissez un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont signalés *